Archive pour juin, 2013

3 Métiers en Poésie

Le coiffeur

Une petite pièce de forme rectangulaire ou carrée.

Au milieu des magazines jonche la table basse.

Pendant que tranquillement madame se fait coiffer,

Le client suivant regarde les minutes qui passent !

La coupe est fine, nette et précise :

Effectuée de mains de maître aux ciseaux.

Bien qu’au début la cliente fût indécise,

Le professionnel ne néglige pas son boulot

« Regardez- vous à présent dans le miroir !

Cela vous convient-il ? Voulez-vous voir l’arrière ? »

La cliente sur son fauteuil à présent se laisse choir :

« C’est la première fois que je viens, et pas la dernière »

Pendant que le stagiaire balaye les derniers cheveux à terre

La cliente ravie, se dirige d’un pas mesuré vers la caisse

Heureux d’avoir su à nouveau maitriser son art du « bien faire »

Le coiffeur a le sourire aux lèvres comme en ces jours de liesses.

 

Le dentiste

 Il est le médecin dont petits et grands se passeraient bien ;

Mais à l’instar d’un secret inavouable trop lourd à porter seul

Tout le monde passe un jour ou l’autre entre ses mains

Généralement au moment où les douleurs avec l’insupportable flirtent.

Rien que le fait de pénétrer dans son cabinet,

Et de le voir ouvrir un kit neuf avec tous ses instruments,

Je me sens tout à coup pour le moins désarçonné :

Car la simple vue de ceux-ci, glace jusqu’aux os mon sang !

Être dans son fauteuil n’est pas une partie de plaisir :

A qui voudra ma place je la cèderais bien volontiers…

Mais comme pour être beau il faut souffrir,

C’est à ce chirurgien et à lui seul que je m’en remets !

Relativisons : nous avons désormais l’anesthésie.

Bien que parfois fraise et roulette nous fassent peur,

C’est toujours moins définitif que l’euthanasie.

Nous ressortons de chez lui au terme de quelques heures.

Ne crions pas victoire trop tôt : un jour où l’autre nous le reverrons !

D’abord se brosser les dents après chaque repas nous feras l’éviter un temps,

Mais si malgré tous nos dents se gâtent son chemin nous reprendrons !

Avec l’espoir caché et malicieux que la consultation ne dure qu’un instant !

 

L’infirmier

Caché sous ta blouse blanche,

Tu laisses transparaitre peu d’émotion.

Toujours ton biper sur la hanche,

Ton rôle dans ce métier : gérer stress et action…

Qui es-tu homme aux services des Hommes,

Doté du savoir qui soulage les souffrances ?

Toi qui rejoins tes pairs quand la relève sonne.

De par ta profession tu verses « côté tolérance » !

Ami des stériles compresses et autres seringues,

L’ombre de quelques gestes, redondants : répétitifs

Décrirais-tu ton métier comme « un boulot de dingues » ?

Fini bien vite ta garde et allons ensemble prendre l’apéritif !!!

CEDRIC M.

Site du club de badminton d... |
...:: Saint-Claude ::... |
Familles Rurales |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ensemble pour Cézy - Thèmes
| Association de Brasseurs Am...
| Cante Luta